Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] Cendres de Didier Bazy par Matthieu Gosztola

Merci à Matthieu Gosztola pour cette chronique que vous pouvez retrouver sur sitaudis.fr ! Bachelard a rêvé le feu, dans La Psychanalyse du feu (notamment) : « Le feu est pour l’homme qui le contemple un exemple de prompt devenir et un exemple de devenir circonstancié. Moins monotone et moins abstrait que l’eau qui coule, plus prompt même à croître et à changer que l’oiseau au nid surveillé chaque jour dans le buisson, le feu suggère le désir de…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] Notre désir de tendresse est infini : un texte pensé comme un album (par Lau_se_livre)

Chronique découverte avec beaucoup de plaisir sur Instagram chez @lau_se_livre, merci beaucoup ! L'appel d'un livre, vous connaissez ? J'ai acheté celui-là le 20 septembre 2018, dans une petite librairie parisienne dont j'ai oublié le nom mais où j'étais pour entendre parler du premier roman de Marie-Fleur Albecker. Flânerie livresque oblige, je cherche et je trouve. Je feuillette celui-là, il brasse quelque chose de familier et je le referme aussitôt avec cette sensation qu'il me…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] Entretien entre Antonin Crenn et Velimir Mladenović à retrouver dans la Nouvelle Quinzaine littéraire

Antonin Crenn est à l'honneur dans le dernier numéro de la Nouvelle quinzaine littéraire. Merci à Velimir Mladenović ainsi qu'à la rédaction de la Quinzaine qui nous ont autorisés à en reproduire un extrait sur notre site. Le reste de l'interview est à retrouver dans La Nouvelle quinzaine littéraire, en kiosque ou sur le web. Velimir Mladenović : Dans L’Épaisseur du trait, vous avez réenchanté ce thème du passage à l’âge adulte, à travers le personnage nommé Alexandre. Pourriez-vous évoquer ce qui…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] Antonin Crenn réinvente l’écrivain arpenteur (par Fabien Maréchal)

Merci à Fabien Maréchal pour sa lecture de L'Épaisseur du trait, chronique à retrouver ici-même. L'Épaisseur du trait (éd. publie.net) est un bouquin superbement casse-gueule. Peu de dialogues ; pas un regard pour les sacro-saintes règles du page turner ; pas d’intrigue à suspens ; et une écriture qui prend le temps de la justesse. Ouch ! Oui mais : une idée lumineuse (on observe beaucoup la lumière et les ombres, chez Antonin Crenn) et poétique. Voilà…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] 30 ans dans une heure, sur la Cause Littéraire : des voix qui nous invitent à danser sur le quai des possibles

Merci à Cathy Garcia pour sa chronique sur La Cause littéraire, que vous pouvez retrouver ici. 30 ans dans une heure : qu’est-ce qui relie les paroles de ces presque trentenaires d’ici et d’ailleurs ? Un âge qui marque une étape importante dans la vie, l’âge où la pression sociale se fait plus forte et où on commence à prendre conscience du temps qui passe. Toutes ces voix rassemblées dans ce roman forment une polyphonie dont la…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] L'épaisseur du trait, d'Antonin Crenn (sur La Viduité)

Chronique à retrouver sur la Viduité, merci pour cette lecture ! La vie dans ses plans, Paris en ses pliures ; le roman et ses représentations. L’épaisseur du trait nous plonge dans une introspection pleine de miroir, comme en quête de perspective, de cette dimension manquante où pourrait se comprendre le passage à l’âge adulte. Au creux d’une langue limpide, d’une patine presque intemporelle, Antonin Crenn écrit un roman léger, profond comme les interstices ouvert par cette…

Continuer la lecture
Continuer à lire…

[REVUE DE PRESSE] Cor, lu par Jacques Josse sur remue.net

Merci à Jacques Josse pour sa lecture de Cor, de Lionel-Édouard Martin, à retrouver sur remue.net. C’est dans le département de la Vienne, « aux confins de l’Indre et de la Haute-Vienne » que se trouve la ferme de Cor. Pour s’y rendre, il faut prendre la D121. Se méfier des virages et des intersections. Ne pas avoir peur de tressauter en empruntant des chemins de traverse. La maison est en bout de route, au lieu-dit Le…

Continuer la lecture