[NOUVEAUTÉ] L'épaisseur du trait, d'Antonin Crenn 9 janvier 2019 – Publié dans : Notre actualité – Mots-clé : , ,

On a rarement l'occasion de voir passer entre nos mains des livres comme L'épaisseur du trait. On pourrait tout aussi bien le présenter en utilisant des formules toutes faites : c'est un roman initiatiquec'est un conte d'aujourd'hui, c'est un récit d'une grande sensibilité. Tout est vrai. Mais au bout d'un moment, on a vite fait de constater que de ce livre si personnel, si fin dans son rapport à l'espace et au corps, on n'a rien su dire. Peut-être pourrait-on le saisir par d'autres extrémités ?

Par exemple, on a tous été confrontés à ce genre de sensation, je pense : comme dans le livre à la fin de l'adolescence, ou au début de l'âge adulte (ou à un autre moment de nos vies respectives), cette impression de perdre pied dans quelque chose de plus vaste que soi. Mais plus vaste jusqu'où ? Et comme on se connait mal, c'est difficile de circonscrire les limites de ce qui nous environne. Alexandre, le héros de L'épaisseur du trait, est tout entier projeté dans ce dilemme-là. Vivant dans une ville étrange (Paris, mais Paris réinventée sur un plan en deux dimensions, avec ses zones d'ombre et ses pliures), il se met à l'explorer avec minutie et fantaisie à la fois. Jusqu'où ira-t-on dans ces démarches ? Jusqu'à soi ? Et qu'en est-il de la découverte de l'autre, quel que soit et qui que soit cet autre ? Lire L'épaisseur du trait, c'est faire l'expérience d'une sensualité de tous les instants : une sensualité des gestes à l'égard de la ville, une sensualité de la matière et des architectures et une sensualité amoureuse, point de rencontre entre deux peaux. En un mot, l'expression d'un désir. Entre présence et absence, à la surface du plan en 2D comme en volume dans un espace à trois dimensions, c'est ce désir-là qui nous mène de page en page, de bout en bout (comme dans la vie finalement).

D'Antonin Crenn, nous avons suivi avec plaisir les détours dans les chemins de la brièveté (Passerage des décombresLes bandits ou plus récemment Le héros et les autrestous trois publiés aux éditions Lunatique mais aussi en revue, notemmant dans plusieurs numéros de La piscine). L'épaisseur du trait est sa première incursion dans le roman long et c'est un plaisir : un plaisir de l'accompagner dans ce conte limpide qui fait de la quête d'identité une aventure à la fois géographique, géométrique et organique. Un plaisir que l'on aime partager, comme souvent. Par exemple avec vous.

 

La vie dans ses plans, Paris en ses pliures ; le roman et ses représentations. L’épaisseur du trait nous plonge dans une introspection pleine de miroir, comme en quête de perspective, de cette dimension manquante où pourrait se comprendre le passage à l’âge adulte. Au creux d’une langue limpide, d’une patine presque intemporelle, Antonin Crenn écrit un roman léger, profond comme les interstices ouvert par cette lente découverte d’un espace à soi qui nous est conté.

Retrouvez l'intégralité de l'article sur L'épaisseur du trait sur La viduité

 

 

Le petit monde d’Alexandre, c’est son appartement, son quartier, son lycée, ses tableaux, ses amis. Mais il vit dans un Paris qui nous échappe, un Paris en deux dimensions tel qu’on peut le représenter sur un plan. Il s’en accoutume bien, même si la vie quotidienne de part et d’autre des pliures est parfois compliquée.

Pour autant, quelque chose brûle en Alexandre. Que peut-on attendre du monde ? Comment se situer dans un environnement sans horizon ? Dans une ville en mouvement instable, il s’en remet aux espaces et aux lignes de fuite pour faire l’apprentissage de sa propre ligne de vie. Adepte des formes courtes, Antonin Crenn réalise avec L’épaisseur du trait une aventure de grande ampleur. Dans la douceur et la sensualité des gestes, des regards, des architectures, il réenchante le thème du passage à l’âge adulte sous la forme d’un conte urbain à géométrie variable.

 

Découvrir le livre en vidéo

 

Rendez-vous le 17 janvier à la librairie Les mots à la bouche

On compte sur vous pour le lancement !

*

*        *

208 pages
ISBN papier 978-2-37177-564-0
ISBN numérique 978-2-37177-201-4
17€ / 5,99€

 Vous pouvez commander ce livre directement sur notre boutique (une manière de soutenir la maison d’édition et ses auteurs) ou en ligne (Place des libraires, etc.) — et bien évidemment chez votre libraire en lui indiquant l’ISBN 978-2-37177-564-0, distribution Hachette Livre.

ACHETER LE LIVRE